La plus ancienne Chapelle de Breda

La chapelle où se réunit la communauté wallonne de Breda est située à la Catharinastraat, l’une des plus anciennes voies de la ville, autrefois nommée Caterstrate. Le site est occupé de façon continue depuis le 12e siècle. En 1440, selon le souhait de Jeanne de Polanen, épouse du compte Englebert 1er de Nassau, une chapelle y est construite et dédiée à saint-Wendelin, abbé-missionnaire écossais du 7e siècle. De style gothique, elle comporte une nef de cinq travées, prolongée par un chœur de deux travées, clos par un chevet à trois pans.

En 1531, désirant agrandir son château de Breda et avec le consentement de l’Evêque de Liège, le comte Henri III de Nassau cède la chapelle et le terrain attenant aux béguines anciennement logées à la Kasteelplein. Une première restauration du bâtiment est entamée.

Toutefois, les béguines ne jouissent pas longtemps de leur nouveau sanctuaire. Après la prise de la ville par Charles de Héraugière, la chapelle est accordée à l’Eglise Wallonne. C’est à cette époque que le gouverneur, habitant à une vingtaine de mètres du temple, fait percer entre son jardin et l’enclos des béguines un passage pour ses équipages, au grand dam des religieuses.

Lors de la reconquête espagnole par le marquis Ambroise Spinola en 1625, les sœurs récupèrent la chapelle et la conserveront jusqu’en 1648, alors que Breda est redevenue une possession des Provinces-Unies dès 1637, à la suite de la reprise de la ville par le stadhouder Frédéric-Henri. Pendant ces onze dernières années, les Wallons doivent se contenter de lieux de culte peu en rapport avec l’importance de la communauté: la chapelle de Markendaal, celle des sœurs noires à la Molennstraat et celle de l’hôpital au Beyerd.

En conséquence du traité de Munster, le placard du 16 juin 1648 abolit le culte catholique romain et fait fermer ses églises. Un mois plus tard, le pasteur Louis de Renesse prêche dans la chapelle saint-Wendelin, qui sera bientôt à nouveau affectée à l’Eglise wallonne. Reste le problème de l’accès au sanctuaire, car pénétrer par la porte existante oblige de fouler le sol du Béguinage. Le stadhouder Guillaume II, baron de Breda, ordonne alors, le 3 janvier 1649, de percer une entrée côté rue. Le charpentier de la ville Jan Wouters de Rijckevorssel est chargé de cet ouvrage, ainsi que la condamnation de l’ancienne entrée et la construction de la salle du consistoire. Le 5 septembre 1649, le culte wallon est rétabli dans la chapelle, où il est célébré jusqu’à nos jours.

En 1982, durant des travaux de restauration, le portail qui donnait primitivement accès à la chapelle est dégagé du mur où il avait été encastré. C’est une belle porte en chêne de style gothique tardif dont le trumeau s’orne d’une console portant une statue de sainte Catherine d’Alexandrie, la patronne des béguines. Ce très beau vestige archéologique, magnifiquement restauré, a été dressé contre le mur intérieur nord, derrière une vitrine où les visiteurs peuvent désormais le contempler.

Depuis 1980, la fondation Waalse Kerk Dordrecht est chargée de l’entretien et de l’exploitation de la chapelle (www.waalsekerkbreda.nl). Deux représentants du consistoire de la paroisse wallonne siègent au conseil de gestion de la fondation.

Evènements
  • 13 mai 20h00 Cercle de discussion à la Trinitatiskapel
  • 18 mai Devine qui vient dîner ce soir
  • 19 mai Après le culte: Chorale à la Trinitatiskapel
  • 2 juin Après le culte: Chorale à la Trinitatiskapel
  • 2 juin Evaluation pour le consistoire
  • 8+9 juin: Visite à Rixensart (B)