Culte du 20181007

Peuple de la Bible       (Esaïe 8,21-9,1 ; Matt 15,22-28)

Qu’entendons-nous par ‘lien imprescriptible’ (onopgeefbare verband) avec Israël ? Avec l’État d’Israël… le peuple d’Israël… ou le judaïsme ? Un théologien néerlandais proposait récemment de parler plutôt de l’option résolue contre toute forme d’antisémitisme, et d’élargir le Dimanche d’Israël à un « Dimanche pour les relations avec les autres religions »…
Notre professeur d’Ancien Testament insistait jadis sur la notion de peuple de la Bible, à la fois plus ouverte et moins ambiguë que l’appellation ‘Israël’. Pour dire une population diversifiée aux origines multiples, confrontée à la souffrance de l’exil, la privation d’un espace où vivre en paix et en sécurité, un peuple livré aux ‘ténèbres de l’existence’, privé de liberté. C’est-à-dire tous les peuples du monde en situation d’exil, d’insécurité, de mépris et d’asservissement.
Ce peuple de Dieu que l’apôtre Paul entrevoit débarrassé de toutes les formes de discrimination : « Désormais, il n’y a plus ni juifs ni grecs ! » (Gal 3,28). Ce peuple que Pierre a pu imaginer après sa célèbre vision, au sujet duquel la distinction purs/impurs n’aurait plus de pertinence (Act 9,15). Ce peuple que Jésus n’a jamais manqué d’accueillir, dans toutes ses composantes –malades, collecteurs d’impôts, Cananéens, femmes et enfants : tous ceux que la société bien-pensante de son temps considérait comme non fréquentables. C’est que l’amour de Dieu n’est pas réservé à une communauté particulière et que la compassion divine s’adresse à toute personne en souffrance.
Ce peuple enfin dont l’épître aux Éphésiens dira qu’il est réconcilié en Dieu, un seul corps et un seul esprit, « tous concitoyens de la famille de Dieu ! » (Eph 2,19).
De la même façon qu’Esaïe parlait en son temps d’un ‘peuple dans les ténèbres’, le cantique de Noël Minuit chrétien (que nous chanterons bientôt) s’adresse à un ‘peuple à genoux’. Tel est le peuple que Dieu accueille.
Non qu’il faille supprimer le mot ‘Israël’ de notre liturgie, mais peut-être l’élargir pour s’assurer d’y retrouver l’idée d’un ‘peuple de la Bible’ ou mieux encore, un « peuple de Dieu » : toutes les populations du monde qu’on pourrait reconnaître dans la grande fresque biblique d’une histoire de souffrance, toutes les populations humaines exposées à la misère, en urgent besoin de consolation et de secours ; toutes les populations auxquelles nous pourrions songer en chantant les paroles du psaume cent-trente chanté dans de nombreuses églises chrétiennes, ce dimanche 6 octobre, en solidarité avec les victimes du tsunami en Indonésie…

Pr R.-L. Dewandeler

 

TOB Esaïe 8 21 On traversera le pays, accablé et affamé. Sous l’effet de la faim, on s’irritera et on maudira son roi et son Dieu. On se tournera vers le haut, 22 puis on regardera vers la terre et voici : détresse et ténèbres, obscurité angoissante, nuit dans laquelle on est poussé.
23 Mais ce n’est plus l’obscurité pour le pays qui était dans l’angoisse. Dans un premier temps le Seigneur a couvert d’opprobre le pays de Zabulon et le pays de Nephtali, mais ensuite il a couvert de gloire la route de la mer, l’au-delà du Jourdain et le district des nations. 9 1 Le peuple qui marchait dans les ténèbres a vu une grande lumière. Sur ceux qui habitaient le pays de l’ombre, une lumière a resplendi.

TOB Matthieu 15 22 Et voici qu’une Cananéenne vint de là et elle se mit à crier : « Aie pitié de moi, Seigneur, Fils de David ! Ma fille est cruellement tourmentée par un démon. » 23 Mais il ne lui répondit pas un mot. Ses disciples, s’approchant, lui firent cette demande : « Renvoie-la, car elle nous poursuit de ses cris. » 24 Jésus répondit : « Je n’ai été envoyé qu’aux brebis perdues de la maison d’Israël. » 25 Mais la femme vint se prosterner devant lui : « Seigneur, dit-elle, viens à mon secours ! » 26 Il répondit : « Il n’est pas bien de prendre le pain des enfants pour le jeter aux petits chiens. » 27 « C’est vrai, Seigneur ! reprit-elle ; et justement les petits chiens mangent des miettes qui tombent de la table de leurs maîtres. » 28 Alors Jésus lui répondit : « Femme, ta foi est grande ! Qu’il t’arrive comme tu le veux ! » Et sa fille fut guérie dès cette heure-là.

Éphésiens 2 13 Mais maintenant, en Jésus Christ, vous qui jadis étiez loin, vous avez été rendus proches par le sang du Christ. 14 C’est lui, en effet, qui est notre paix : de ce qui était divisé, il a fait une unité. Dans sa chair, il a détruit le mur de séparation, la haine. 15 Il a aboli la loi et ses commandements avec leurs observances. Il a voulu ainsi, à partir du Juif et du païen, créer en lui un seul homme nouveau en établissant la paix, 16 et les réconcilier avec Dieu tous les deux en un seul corps, au moyen de la croix. Là, il a tué la haine. 17 Il est venu annoncer la paix à vous qui étiez loin, et la paix à ceux qui étaient proches. 18 Et c’est grâce à lui que les uns et les autres, dans un seul Esprit, nous avons l’accès auprès du Père. 19 Ainsi, vous n’êtes plus des étrangers, ni des émigrés : vous êtes concitoyens des saints, vous êtes de la famille de Dieu.

Evènements
  • 13 mai 20h00 Cercle de discussion à la Trinitatiskapel
  • 18 mai Devine qui vient dîner ce soir
  • 19 mai Après le culte: Chorale à la Trinitatiskapel
  • 2 juin Après le culte: Chorale à la Trinitatiskapel
  • 2 juin Evaluation pour le consistoire
  • 8+9 juin: Visite à Rixensart (B)